Notice d'André Forgeot sur le Général Jules Etienne FORGEOT (1809-1877)


 liquez pour agrandir l'image
Jules-Etienne FORGEOT

État civil
Né le 8 mars 1809 - Fra, Idf, Seine, Paris
Baptisé le 9 mars 1809 - Fra, Idf, Seine, Paris, Paroisse de la Madeleine
Décédé le 4 mai 1877 - Fra, Aqu, F33, Arcachon , à l'âge de 68 ans
Inhumé - Blois
Officier d'Artillerie - Général de division -Grand-croix de l'ordre Impérial de la Légion d'honneur

Parents

Etienne-Henry FORGEOT 1774-1853
Directeur des subsistances de la Marine - Membre de la Légion d'Honneur
Marie-Louise Elisabeth ROLLET 1783-1814

Mariage(s) et enfant(s)

Marié le 23 mars 1843, Rochefort (17), Paroisse St Louis, ,, avec Marguerite, Madeleine, Zélie PERRIN 1819-1892 (Parents : Joseph Cyprien PERRIN ca 1777-1831 & Zélie Marguerite Adèle CHOYME 1799) (
mariage par autorisation ministérielle du 24 février 1843), dont ;

  • Lucien FORGEOT 1844-1910
  • Céline FORGEOT 1846-1941
  • Berthe FORGEOT †1870
  • Marguerite Marie FORGEOT, Marquise de MATHAREL 1848-1943

Note biographique :

Né à Paris le 8 mars 1809, fils d'Etienne-Henry FORGEOT alors employé des vivres de la marine, et de Marie-Louise Elisabeth ROLLET.

Après de brillantes études dans les lycées de Paris, il intègre l'Ecole Polytechnique (1828-1830). Quelques jours après la révolution de juillet, il en sortait parmi les premiers pour rejoindre l'Ecole d'application de l'Artillerie et du Génie de Metz. Il en sortit premier comme lieutenant et rejoignit le 9° régiment d'artillerie à Bastia (12 février 1833).

Capitaine le 26 avril 1837, détaché à la manufacture d'armes de Mutzig (Bas-Rhin), puis à celle de Châtellerault, il passa en 1840 au 12° régiment d'artillerie et alla combattre, sur sa demande, en Algérie, prenant part au passage du Teniah de Mouzaïa, à l'occupation de Médéah, au ravitaillement de cette ville et de Miliana. Pendant le blocus de Médéah par les troupes de l'émir Abd-el-Kader, il commandait l'artillerie de la place, et fut signalé par le général Duvivier comme un officier de grand avenir.

Le 03 octobre 1841, le commandant supérieur de la province de Tittery le citait à l'ordre ; en 1842, il revint dans la métropole, fut nommé chef d'escadron au 12° d'artillerie et, peu après (31 décembre 1847), major au 9°, car ses supérieurs avaient remarqué qu'il s'intéressait beaucoup à la comptabilité et à l'administration des corps de troupes.

Au mois d'octobre 1851, se trouvant en garnison à Bourges, il reçut le commandement d'une colonne mobile envoyée dans l'arrondissement de Sancerre, où s'étaient manifestés de graves symptômes d'agitation. Dans cette mission, il fit preuve d'une grande fermeté et de beaucoup de modération ; il ramena presque instantanément le calme dans les esprits. Le Ministre de la guerre lui témoigna officiellement sa satisfaction et le fit nommer officier de le Légion d'Honneur par décret spécial (31 octobre 1851).

Lieutenant-colonel au 8° régiment d'artillerie en 1852, il devint, le 10 mai 1854, colonel du 1° régiment d'artillerie à pied, avant de recevoir, le 27 juin, le commandement de l'artillerie de réserve de l'armée d'Orient. Il commanda les troupes de son arme en Crimée, à la bataille d'Inkermann (05 novembre 1854) et à celle de Traktir (16 août 1855), fut cité à ces occasions et, le 28 novembre 1855, nommé général de brigade.
Renté en France, (juin 1856), il commanda l'artillerie dans la 8° division militaire, à Lyon (21 juin 1856)sous les ordres du maréchal de Castellane, puis dans la 16° div.mil. à Rennes (31 octobre).
Au printemps 1859, la France volait au secours de l'Italie. Le 23 avril 1859, Napoléon III lui confia le commandement de l'artillerie du 1er corps d'armée d'Italie (maréchal Baraguey d'Hilliers), à la tête de laquelle il contribua à la prise de Melegnano et à la victoire de Solférino.
Il fut appelé au commandement de l'artillerie de la garde impériale (3 juillet 1859), et nommé grand-officier de la Légion d'Honneur le 15 juillet,.
Promu divisionnaire le 7 mars 1861, à 52 ans, il vint siéger au comité de l'artillerie. Il en fut, pendant neuf ans, l'un des membres les plus actifs, les plus laborieux et les plus novateurs ayant à un haut degré la volonté du progrès. Dans le même il assura l'inspection de plusieurs arrondissements de son arme.
Lorsqu'éclata, prématurément, la guerre de 1870, le général Forgeot fut désigné pour commander l'artillerie du 1er corps de l'armée du Rhin (maréchal de Mac-Mahon), et ensuite comme commandant en chef de l'artillerie de l'armée de Châlons qui fut presque entièrement capturée à Sedan.

Il fut interné avec son fils Lucien-Etienne à Wiesbaden où il passa de long mois, assombri par le sentiment de nos revers et accablé par le décès de sa fille Berthe.
Rentré en France, en mars 1871, il devint président du comité de l'artillerie (27 juin 1871), membre du du Conseil Supérieur de la guerre (05 octobre 1872), membre du Comité de défense le 11 juin 1873. Déployant une intense énergie pour faire aboutir ses idées, il ne se trouvait pas suffisamment libre, ce qui le conduisit à solliciter le commandement d'un corps d'armée. Le commandement du 10° corps d'armée à Rennes lui fut alors confié.
Mais sa santé ébranlée le força, le 6 mai 1875, à demander sa mise en disponibilité. Par un décret du même jour, le Maréchal-Président de la République, Mac-Mahon sous les ordres duquel il avait servi, l'éleva à la dignité de grand-croix de la Légion d'Honneur, sur proposition du général de Il comptait alors près de 49 ans de services militaires et 8 campagnes avec plusieurs citations à l'ordre de l'armée.
Après deux années de souffrance il s'éteint, victime de violentes attaques cardiaques, à Arcachon le 4 mai 1877 à l'age de 68 ans.
Il est enterré au cimetière de Blois avec sa femme, ses filles Berthe et Marie et le ménage de son fils.

Baptême:
Marraine : Marie Louise Catherine Landrin (grand-mère)
Parrain : François Marie Lacroix (2° mari de sa grand-mère Landrin)

Services militaires
1er novembre 1828 : admission à Polytechnique
1828-1830 : élève à l'Ecole Polytechnique
06 août 1830 : sous-lieutenant élève à l'Ecole d'application de l'Artillerie et du Génie
1er février 1833: lieutenant en 1er au 9° régiment d'artillerie de Bastia
26 avril 1837 : nomination au grade de capitaine (affectation à la manufacture d'armes de Mutzig)
6 juin 1838 : capitaine en 2nd à la manufacture d'armes de Chatellerault
1er juillet 1838 : capitaine en 2nd au 12° régiment d'artillerie implanté à Bayonne
13 mars 1841 : nommé capitaine en 1er au 12° régiment d'artillerie
9 décembre 1847 : nomination au grade de major (12° régiment d'artillerie)
31 décembre 1847 : affectation au 9° régiment d'artillerie
10 mai 1852 : nomination au grade de lieutenant-colonel (affectation au 8° régiment d'artillerie)
16 mars 1854 : lieutenant-colonel commandant le 1er régiment d'artillerie à pied
27 juin 1854 : nomination au grade de colonel (commandement de la réserve de l'artillerie de l'armée d'Orient)
14 avril 1855 : commandement du 7° régiment d'artillerie monté
28 novembre 1855 : nomination au grade de général de brigade (affectation à l'Etat-major Général)
3 juillet 1859 : commandement de l'artillerie de la Garde Impériale
7 mars 1861 nomination au grade de général de division
16 juillet 1870 : commandement de l'artillerie du 1er corps de l'armée du Rhin
18 août 1870 : commandement en chef de l'artillerie de l'armée de Châlons
2 septembre 1870 : prisonnier de guerre à Sedan
22 mars 1871 : retour en France
23 juin 1871 : président du Comité de l'artillerie
28 septembre 1873 : commandant du 10° corps d'armée à Rennes

Décorations françaises :
Ordre de la Légion d'Honneur nomination au grade de chevalier de l'ordre royal de la Légion d'honneur par ordonnance royale n°24-431 en date du 15 avril 1846
promotion au grade d'officier de l'ordre national de la Légion d'honneur en date du 31 octobre 1851
promotion au grade de commandeur de l'ordre Impérial de la Légion d'honneur par décret spécial du 21 octobre 1854 :
promotion au grade de grand-officier de l'ordre Impérial de la Légion d'honneur15 juillet 1859 en date du 6 mai 1875
élevé à la dignité de grand-croix de l'ordre Impérial de la Légion d'honneur
commémorative de la campagne d'Italie le 11 août 1859

Décorations étrangères :
mai 1855 : décoré de l'ordre ottoman du Médjidié de 3° classe
3 janvier 1856 : nommé chevalier compagnon de l'ordre du Bain d'angleterre (la signature autographe de la reine Victoria figure sur le brevet de l'ordre).
8 juin 1857 : commémorative anglaise de la guerre de Crimée avec 4 agrafes "Alma", "Balaklava", "Inkermann", "Sébastopol"
16 janvier 1860 : nommé commandeur de l'ordre militaire de Savoie
15 janvier 1857 : Médaille d'argent de la valeur militaire (Piémont)

Publication (posthume) "Note sur l'emploi des places fortes pour la défense du pays" Juin 1879

La caserne d'artillerie Forgeot fut construite à Chalons sur Marne entre 1874 et 1878 le long de l'allée des Mariniers. Elle pouvait abriter 984 chevaux. On plaça derrière la caserne un parc d'artillerie pour tout le matériel roulant du 6ème corps.

- retour en haut de page
- retour page "Souvenirs d'André Forgeot"
- retour page "histoire"